Subscribe to Festival Normandie Impressionniste RSS
  • Increase
  • Decrease

Bilan de la 3ème édition du Festival

1 200 000 visiteurs font le succès de la 3ème édition du Festival Normandie Impressionniste !
LES CHIFFRES

Beau succès de la 3ème édition de Normandie Impressionniste dans le contexte particulier du printemps/été 2016.
L’ensemble du territoire régional s’est mobilisé pour offrir aux publics normands, nationaux et internationaux une programmation d’une qualité et d’une diversité exceptionnelles.

Les résultats sont au rendez-vous, notamment pour certaines expositions, véritables locomotives  pour le festival :

Le musée des Beaux-Arts de Rouen (103.000 visiteurs), de Caen (41.486 visiteurs), le Musée des impressionnismes de Giverny (127.513 visiteurs pour Caillebotte), le MuMa au Havre (70.000 visiteurs), et le Musée Eugène Boudin d’Honfleur (25.900 visiteurs) – atteignent une fréquentation exceptionnelle qui les hisse au niveau des grandes expositions nationales.
Les efforts conjugués de ces grands musées pour soutenir les plus petites structures ainsi que les collaborations scientifiques, notamment pour les prêts d’œuvres, ont permis d’ancrer le Festival sur le territoire de manière collective, et de connaitre pour certains les fréquentations les plus importantes de leur histoire.

Le public s’est davantage déplacé sur l’ensemble du territoire normand et a été curieux de découvrir l’intégralité du programme du Festival :
                                           
C’est ainsi que nous observons par exemple des fréquentations records pour :
le musée des impressionnismes de Giverny, le musée des Beaux-Arts de Bernay (3995) et Saint-Lô (4696), le musée Baron Gérard à Bayeux (24265), le Point de Vue à Deauville (8009), le Château-musée à Dieppe (16753), le musée d’art, histoire et archéologie d’Evreux (10112), le musée de Louviers (8232),
le musée de Vernon (18132, + 10000 visiteurs par rapport à 2013),
la Villa Montebello à Trouville-sur-Mer (4400, une augmentation de 44% par rapport à une année sans Festival),
le FRAC Normandie Caen (3368, a triplé ses entrées par rapport à 2013)
l’Artothèque de Caen (7841, a doublé ses entrées par rapport à 2013),
le musée Louis-Philippe à Eu (13230, a doublé ses entrées par rapport à 2013)
l’Abbatiale Saint-Ouen à Rouen (32933 pour une 1ère participation)…
et un engouement notable pour le street Art avec Rouen impressionnée ou la musique et le numérique avec la Sonate de Vinteuil porté par l’Opéra de Rouen Normandie pour lesquels le public ne peut être quantifié.


Succès également pour l’ensemble des propositions plus contemporaines, des spectacles vivants et des événements festifs (guinguettes et déjeuners sur l’herbe), avec un public constitué davantage de Normands et de franciliens que de touristes étrangers.

A noter également de nombreuses premières participations au Festival, qui ont indéniablement rencontré leur public : le Pôle Image à l’Abbatiale Saint-Ouen, le musée des beaux-arts et de la dentelle à Alençon, le Musée de l’Horlogerie à Saint-Nicolas-d’Aliermont, le Musée Baron Gérard à Bayeux, la Manufacture Bohin…

Cette édition 2016, qui comptait 450 événements et non 800 comme en 2013*,  affiche donc des chiffres de fréquentation proportionnellement aussi bons qu’en 2013, ce qui est tout à fait exceptionnel !
Le Festival a permis à l’ensemble de la Normandie de rayonner en proposant des événements de grande qualité, non élitistes et en touchant un public de plus en plus diversifié.

*La précédente édition, en 2013, avait rassemblé 1,8 million de visiteurs autour de 800 événements sur la thématique de l’eau.

LA THEMATIQUE

Développée sous différents angles, différentes lumières, suivie à la lettre ou décalée sous forme de monographies passionnantes, ancrée ou pas sur la Normandie, attachée aux contenus scientifiques ou festive et participative, fidèlement impressionniste comme témoin de notre société ou souvent mise en perspective avec l’actualité, cette thématique, comme un fil d’or, a été traitée de manière très diverse, avec audace, passion et souvent émotion.

LA CARTE DE FESTIVALIER : UN SUCCES

La carte de festivalier – nouveauté de cette édition, visant à développer la mobilité sur l’intégralité du territoire et les renvois de public entre les projets -  s’est vendue à plus de 6000 exemplaires dans les structures culturelles, hôtelières et touristiques des 5 départements. C’est le statut de festivalier qui s’est installé !

 

LE VOLET PEDAGOGIQUE

Le volet pédagogique aura contenu 96 projets de médiation avec une estimation de 20 000 élèves impliqués, près de 200 établissements du 1er degré à la Faculté, grâce à une étroite collaboration avec les rectorats, directions académiques et DSDEN, les structures d’éducation artistique et culturelle (La source – ENEFA – centre social ALCD – Centre hospitalier de l’Aigle) et les services médiation des musées.

Les médiateurs ont pu s’approprier cette thématique forte en utilisant tout le panel de la création artistique. Bien au-delà de la peinture, le travail pédagogique a couvert des champs d’action aussi vaste que l’écriture, la danse, le théâtre, la photographie, la vidéo, la musique ou le Street-Art.
Les liens entre l’Université, le GIP, la Fondation Flaubert et la Matmut, ont par exemple permis de rendre possible l’exposition consacrée à William Klein à l’Abbatiale
Saint Ouen.

Pendant le festival un blog pédagogique a permis de rendre compte et de partager le travail de chacun : www.tous-portraitistes.com

PROCHAINE EDITION

Jérôme Clément, commissaire général, a souligné le fait que cette troisième édition créé les conditions d'un ancrage dans la durée du festival, après les réussites de 2010 et de 2013. Cette perspective a d'ailleurs été confirmée le 15 septembre lors de la soirée de clôture à l'opéra de Rouen Normandie par Erik Orsenna, Président du festival et les membres fondateurs du GIP, parmi lesquels Catherine Morin Dessailly, Sénatrice et Présidente de la Commission de la Culture, de l'Education et de la Communication, Conseillère Régionale de Normandie ainsi que par Frédéric Sanchez Président de la Métropole de Rouen Normandie et les représentants du Département de la Seine Maritime, du Département de l’Eure et de la Ville de Rouen.

 

titre
titre
  • Increase
  • Decrease

Bilan de la 3ème édition du Festival

1 200 000 visiteurs font le succès de la 3ème édition du Festival Normandie Impressionniste !

LES CHIFFRES

Beau succès de la 3ème édition de Normandie Impressionniste dans le contexte particulier du printemps/été 2016.
L’ensemble du territoire régional s’est mobilisé pour offrir aux publics normands, nationaux et internationaux une programmation d’une qualité et d’une diversité exceptionnelles.

Les résultats sont au rendez-vous, notamment pour certaines expositions, véritables locomotives  pour le festival :

Lle musée des Beaux-Arts de Rouen (103.000 visiteurs), de Caen (41.486 visiteurs), le Musée des impressionnismes de Giverny (127.513 visiteurs pour Caillebotte), le MuMa au Havre (70.000 visiteurs), et le Musée Eugène Boudin d’Honfleur (25.900 visiteurs) – atteignent une fréquentation exceptionnelle qui les hisse au niveau des grandes expositions nationales.
Les efforts conjugués de ces grands musées pour soutenir les plus petites structures ainsi que les collaborations scientifiques, notamment pour les prêts d’œuvres, ont permis d’ancrer le Festival sur le territoire de manière collective, et de connaitre pour certains les fréquentations les plus importantes de leur histoire.

Le public s’est davantage déplacé sur l’ensemble du territoire normand et a été curieux de découvrir l’intégralité du programme du Festival :
                                           
C’est ainsi que nous observons par exemple des fréquentations records pour :
le musée des impressionnismes de Giverny, le musée des Beaux-Arts de Bernay (3995) et Saint-Lô (4696), le musée Baron Gérard à Bayeux (24265), le Point de Vue à Deauville (8009), le Château-musée à Dieppe (16753), le musée d’art, histoire et archéologie d’Evreux (10112), le musée de Louviers (8232),
le musée de Vernon (18132, + 10000 visiteurs par rapport à 2013),
la Villa Montebello à Trouville-sur-Mer (4400, une augmentation de 44% par rapport à une année sans Festival),
le FRAC Normandie Caen (3368, a triplé ses entrées par rapport à 2013)
l’Artothèque de Caen (7841, a doublé ses entrées par rapport à 2013),
le musée Louis-Philippe à Eu (13230, a doublé ses entrées par rapport à 2013)
l’Abbatiale Saint-Ouen à Rouen (32933 pour une 1ère participation)…
et un engouement notable pour le street Art avec Rouen impressionnée ou la musique et le numérique avec la Sonate de Vinteuil porté par l’Opéra de Rouen Normandie pour lesquels le public ne peut être quantifié.


Succès également pour l’ensemble des propositions plus contemporaines, des spectacles vivants et des événements festifs (guinguettes et déjeuners sur l’herbe), avec un public constitué davantage de Normands et de franciliens que de touristes étrangers.

A noter également de nombreuses premières participations au Festival, qui ont indéniablement rencontré leur public : le Pôle Image à l’Abbatiale Saint-Ouen, le musée des beaux-arts et de la dentelle à Alençon, le Musée de l’Horlogerie à Saint-Nicolas-d’Aliermont, le Musée Baron Gérard à Bayeux, la Manufacture Bohin…

Cette édition 2016, qui comptait 450 événements et non 800 comme en 2013*,  affiche donc des chiffres de fréquentation proportionnellement aussi bons qu’en 2013, ce qui est tout à fait exceptionnel !
Le Festival a permis à l’ensemble de la Normandie de rayonner en proposant des événements de grande qualité, non élitistes et en touchant un public de plus en plus diversifié.

*La précédente édition, en 2013, avait rassemblé 1,8 million de visiteurs autour de 800 événements sur la thématique de l’eau.

LA THEMATIQUE

Développée sous différents angles, différentes lumières, suivie à la lettre ou décalée sous forme de monographies passionnantes, ancrée ou pas sur la Normandie, attachée aux contenus scientifiques ou festive et participative, fidèlement impressionniste comme témoin de notre société ou souvent mise en perspective avec l’actualité, cette thématique, comme un fil d’or, a été traitée de manière très diverse, avec audace, passion et souvent émotion.

LA CARTE DE FESTIVALIER : UN SUCCES

La carte de festivalier – nouveauté de cette édition, visant à développer la mobilité sur l’intégralité du territoire et les renvois de public entre les projets -  s’est vendue à plus de 6000 exemplaires dans les structures culturelles, hôtelières et touristiques des 5 départements. C’est le statut de festivalier qui s’est installé !

 

LE VOLET PEDAGOGIQUE

Le volet pédagogique aura contenu 96 projets de médiation avec une estimation de 20 000 élèves impliqués, près de 200 établissements du 1er degré à la Faculté, grâce à une étroite collaboration avec les rectorats, directions académiques et DSDEN, les structures d’éducation artistique et culturelle (La source – ENEFA – centre social ALCD – Centre hospitalier de l’Aigle) et les services médiation des musées.

Les médiateurs ont pu s’approprier cette thématique forte en utilisant tout le panel de la création artistique. Bien au-delà de la peinture, le travail pédagogique a couvert des champs d’action aussi vaste que l’écriture, la danse, le théâtre, la photographie, la vidéo, la musique ou le Street-Art.
Les liens entre l’Université, le GIP, la Fondation Flaubert et la Matmut, ont par exemple permis de rendre possible l’exposition consacrée à William Klein à l’Abbatiale
Saint Ouen.

Pendant le festival un blog pédagogique a permis de rendre compte et de partager le travail de chacun : www.tous-portraitistes.com

PROCHAINE EDITION

Jérôme Clément, commissaire général, a souligné le fait que cette troisième édition créé les conditions d'un ancrage dans la durée du festival, après les réussites de 2010 et de 2013. Cette perspective a d'ailleurs été confirmée le 15 septembre lors de la soirée de clôture à l'opéra de Rouen Normandie par Erik Orsenna, Président du festival et les membres fondateurs du GIP, parmi lesquels Catherine Morin Dessailly, Sénatrice et Présidente de la Commission de la Culture, de l'Education et de la Communication, Conseillère Régionale de Normandie ainsi que par Frédéric Sanchez Président de la Métropole de Rouen Normandie et les représentants du Département de la Seine Maritime, du Département de l’Eure et de la Ville de Rouen.

 

  • Increase
  • Decrease

Bilan de la 3ème édition du Festival

1 200 000 visiteurs font le succès de la 3ème édition du Festival Normandie Impressionniste !

LES CHIFFRES

Beau succès de la 3ème édition de Normandie Impressionniste dans le contexte particulier du printemps/été 2016.
L’ensemble du territoire régional s’est mobilisé pour offrir aux publics normands, nationaux et internationaux une programmation d’une qualité et d’une diversité exceptionnelles.

Les résultats sont au rendez-vous, notamment pour certaines expositions, véritables locomotives  pour le festival :

Lle musée des Beaux-Arts de Rouen (103.000 visiteurs), de Caen (41.486 visiteurs), le Musée des impressionnismes de Giverny (127.513 visiteurs pour Caillebotte), le MuMa au Havre (70.000 visiteurs), et le Musée Eugène Boudin d’Honfleur (25.900 visiteurs) – atteignent une fréquentation exceptionnelle qui les hisse au niveau des grandes expositions nationales.
Les efforts conjugués de ces grands musées pour soutenir les plus petites structures ainsi que les collaborations scientifiques, notamment pour les prêts d’œuvres, ont permis d’ancrer le Festival sur le territoire de manière collective, et de connaitre pour certains les fréquentations les plus importantes de leur histoire.

Le public s’est davantage déplacé sur l’ensemble du territoire normand et a été curieux de découvrir l’intégralité du programme du Festival :
                                           
C’est ainsi que nous observons par exemple des fréquentations records pour :
le musée des impressionnismes de Giverny, le musée des Beaux-Arts de Bernay (3995) et Saint-Lô (4696), le musée Baron Gérard à Bayeux (24265), le Point de Vue à Deauville (8009), le Château-musée à Dieppe (16753), le musée d’art, histoire et archéologie d’Evreux (10112), le musée de Louviers (8232),
le musée de Vernon (18132, + 10000 visiteurs par rapport à 2013),
la Villa Montebello à Trouville-sur-Mer (4400, une augmentation de 44% par rapport à une année sans Festival),
le FRAC Normandie Caen (3368, a triplé ses entrées par rapport à 2013)
l’Artothèque de Caen (7841, a doublé ses entrées par rapport à 2013),
le musée Louis-Philippe à Eu (13230, a doublé ses entrées par rapport à 2013)
l’Abbatiale Saint-Ouen à Rouen (32933 pour une 1ère participation)…
et un engouement notable pour le street Art avec Rouen impressionnée ou la musique et le numérique avec la Sonate de Vinteuil porté par l’Opéra de Rouen Normandie pour lesquels le public ne peut être quantifié.


Succès également pour l’ensemble des propositions plus contemporaines, des spectacles vivants et des événements festifs (guinguettes et déjeuners sur l’herbe), avec un public constitué davantage de Normands et de franciliens que de touristes étrangers.

A noter également de nombreuses premières participations au Festival, qui ont indéniablement rencontré leur public : le Pôle Image à l’Abbatiale Saint-Ouen, le musée des beaux-arts et de la dentelle à Alençon, le Musée de l’Horlogerie à Saint-Nicolas-d’Aliermont, le Musée Baron Gérard à Bayeux, la Manufacture Bohin…

Cette édition 2016, qui comptait 450 événements et non 800 comme en 2013*,  affiche donc des chiffres de fréquentation proportionnellement aussi bons qu’en 2013, ce qui est tout à fait exceptionnel !
Le Festival a permis à l’ensemble de la Normandie de rayonner en proposant des événements de grande qualité, non élitistes et en touchant un public de plus en plus diversifié.

*La précédente édition, en 2013, avait rassemblé 1,8 million de visiteurs autour de 800 événements sur la thématique de l’eau.

LA THEMATIQUE

Développée sous différents angles, différentes lumières, suivie à la lettre ou décalée sous forme de monographies passionnantes, ancrée ou pas sur la Normandie, attachée aux contenus scientifiques ou festive et participative, fidèlement impressionniste comme témoin de notre société ou souvent mise en perspective avec l’actualité, cette thématique, comme un fil d’or, a été traitée de manière très diverse, avec audace, passion et souvent émotion.

LA CARTE DE FESTIVALIER : UN SUCCES

La carte de festivalier – nouveauté de cette édition, visant à développer la mobilité sur l’intégralité du territoire et les renvois de public entre les projets -  s’est vendue à plus de 6000 exemplaires dans les structures culturelles, hôtelières et touristiques des 5 départements. C’est le statut de festivalier qui s’est installé !

 

LE VOLET PEDAGOGIQUE

Le volet pédagogique aura contenu 96 projets de médiation avec une estimation de 20 000 élèves impliqués, près de 200 établissements du 1er degré à la Faculté, grâce à une étroite collaboration avec les rectorats, directions académiques et DSDEN, les structures d’éducation artistique et culturelle (La source – ENEFA – centre social ALCD – Centre hospitalier de l’Aigle) et les services médiation des musées.

Les médiateurs ont pu s’approprier cette thématique forte en utilisant tout le panel de la création artistique. Bien au-delà de la peinture, le travail pédagogique a couvert des champs d’action aussi vaste que l’écriture, la danse, le théâtre, la photographie, la vidéo, la musique ou le Street-Art.
Les liens entre l’Université, le GIP, la Fondation Flaubert et la Matmut, ont par exemple permis de rendre possible l’exposition consacrée à William Klein à l’Abbatiale
Saint Ouen.

Pendant le festival un blog pédagogique a permis de rendre compte et de partager le travail de chacun : www.tous-portraitistes.com

PROCHAINE EDITION

Jérôme Clément, commissaire général, a souligné le fait que cette troisième édition créé les conditions d'un ancrage dans la durée du festival, après les réussites de 2010 et de 2013. Cette perspective a d'ailleurs été confirmée le 15 septembre lors de la soirée de clôture à l'opéra de Rouen Normandie par Erik Orsenna, Président du festival et les membres fondateurs du GIP, parmi lesquels Catherine Morin Dessailly, Sénatrice et Présidente de la Commission de la Culture, de l'Education et de la Communication, Conseillère Régionale de Normandie ainsi que par Frédéric Sanchez Président de la Métropole de Rouen Normandie et les représentants du Département de la Seine Maritime, du Département de l’Eure et de la Ville de Rouen.

 

La Danse fait son Show Impressionniste à Forges-les-Eaux

Gala multi-danses, démonstration de danses sportives, « Show des Champions » & Danse Publique à l’Espace Jean Bauchet

Spectacle
  • Increase
  • Decrease
Gala multi-danses organisé par les formations du Centre de Danse Germain, démonstration de danses sportives « Show des Champions », présentation de danses sportives par deux couples champions de danse latine & standard & Danse publique (le public entrant dans la danse). Pierre Troussard et Débora Troussard Bourdon, Finalistes du championnat de France standard, champions de France Solo Dance-Reims interviendront en danse standard ; Jason Cicard et Regina Klyaynfelder (Russie),deuxième couple français latine - au Havre montreront leurs exploits en danse latine. Labellisé Festival Normandie Impressionniste, ce moment sera festif & participatif. Le public clôturera cette dernière soirée d’inspiration bal-guinguette à l’Espace Jean Bauchet de Forges-les-Eaux. A voir, à vivre, à danser : action !
Centre de Danse Germain, Rouen
En partenariat avec : Espace Jean Bauchet de Forges-les-Eaux

Préparer votre visite

espace de Forges
titre
Gala multi-danses, Démonstration de danses sportives, « Show des Champions » & Danse Publique
© Abakyne-Agence de communication à Rouen

Informations pratiques

Renseignements

Priscilla Lefebvre
02 32 89 80 80

Bal-Guinguette dans la serre de la Jardinerie Truffaut d’Isneauville le samedi 10 & dimanche 11 septembre 2016 de 14h30 à 18h30

Week-end labellisé Festival Normandie Impressionniste à la Jardinerie Truffaut d’Isneauville

Festivité
  • Increase
  • Decrease
Bal-Guinguette dans la serre de la Jardinerie Truffaut d’Isneauville le samedi 10 et dimanche 11 septembre 2016 de 14h30 à 18h30. Truffaut, la Jardinerie d’Isneauville ouvre son jardin sous serre pour mettre en scène une piste de danse d’inspiration impressionniste. Un lieu de danse magique & convivial dans une ambiance florale, un lieu de danse propice à la fête, à la découverte sous les auspices du Festival Normandie Impressionniste. Avec le Centre de danse Germain-Nadège & Laetitia Blanchet vous plongerez dans l’esprit des bals-musettes revisités par les couples de danseurs, adultes et ados. Vous entrerez dans la danse : le plus beau couple habillé chic festival gagnera un cadeau de rentrée (10 cours offerts & un bouquet de fleurs de la Jardinerie Truffaut). Venez danser dans la jardinerie d’Isneauville transformée en jardin des plaisirs et de la fête.
Centre de danse Germain-Nadège & Laetitia Blanchet de Rouen Truffaut, la Jardinerie d'Isneauville
titre
Bal-Guinguette dans la serre de la Jardinerie Truffaut d’Isneauville
© Abakyne-Rouen

Informations pratiques

Renseignements

Olivier Rimbert
06 83 85 26 86
02 35 12 67 62