Subscribe to Festival Normandie Impressionniste RSS
titre
Claude Monet, La Seine à Vétheuil (détail flouté), Collection Olivier Senn. Donation Hélène Senn-Foulds, 2004. Le Havre, musée d’art moderne André Malraux
  • Increase
  • Decrease

Week-end avant-première

de Normandie Impressionniste

Samedi 13 et dimanche 14 octobre 2018

Evénéments gratuits (sauf dîner et brunch)

Au Musée des Beaux-arts de Rouen, Musée des Beaux-Arts de Caen, MuMa Le Havre et musée des impressionnismes Giverny

Rencontre avec la réalisatrice Agnès Varda, atelier avec la dessinatrice de bandes dessinées Marie Jaffredo, débat avec les commissaires d’expositions Jean-Hubert Martin et Philippe Piguet, chronique dessinée de Christelle Téa, projections de films, visites de musées ... viennent ponctuer ces deux jours à Caen, Giverny, Le Havre et Rouen. Accueillis par quatre grands musées normands, ces événements préfigurent l’édition 2020 du festival Normandie Impressionniste. Ils sont à l’image de la diversité de sa programmation consacrée à la création artistique de l’impressionnisme à nos jours.
titre
SAMEDI 13 OCTOBRE

 

  • MUSEE DES BEAUX-ARTS DE CAEN

11h - 12h : Visite à deux voix avec Emmanuelle Delapierre (directrice du musée des Beaux-Arts de Caen) et Philippe Piguet (commissaire général du Festival Normandie Impressionniste). Un événement chroniqué en direct par Christelle Téa !

Réservation : mba-reservation@caen.fr

18h - 18h40 : Cinéma avec la projection du film "Partie de campagne" de Jean Renoir (auditorium). Accès libre

18h45 - 19h15 : Cinéma avec la projection d'extraits du film "Ceux de chez nous" de Sacha Guitry (auditorium). Accès libre

19h30 - 20h30 : Dîner possible au restaurant Café Mancel du musée.

Réservation au 02 31 86 63 64, règlement sur place.

20h30 - 22h : Cinéma avec la projection du film "Le bonheur" d’Agnès Varda (auditorium). Accès libre

 

  • MUSEE DES IMPRESSIONNISMES GIVERNY


16h - 17h10 : Cinéma avec la projection du film "Partie de campagne" de Jean Renoir et d'extraits de "Ceux de chez nous" de Sacha Guitry et  (auditorium).

Sur réservation au 02 35 52 92 04 ou sur Réservez  

 

  • MUSEE DES BEAUX-ARTS DE ROUEN

14h30 - 16h30 : Comment transformer un tableau du 19ème en bande dessinée ? / Rencontre-atelier animé par Marie Jaffredo, dessinatrice de la bande dessinée « Edouard Manet et Berthe Morisot : Une passion impressionniste » (Jardin des sculptures) – tout public à partir de 12 ans. Un événement chroniqué en direct par Christelle Téa !

Sur réservation au 02 35 52 92 04 ou sur Réservez

 

16h30 - 18h : Débat autour de la notion d’exposition, avec Jean-Hubert Martin (ancien directeur du Musée National d’Art Moderne de Paris et commissaire d’exposition indépendant) et Philippe Piguet (commissaire général du festival Normandie Impressionniste) (auditorium). Un événement chroniqué en direct par Christelle Téa !

Sur réservation au 02 35 52 92 04 ou sur Réservez

 

16h30 – 17h45 : Dédicace de la bande dessinée « Edouard Manet et Berthe Morisot : Une passion impressionniste » par la dessinatrice  Marie Jaffredo (librairie du musée). Accès libre

 

18h30 – 19h40 : Cinéma avec la projection du film "Partie de campagne" de Jean Renoir et d'extraits de "Ceux de Chez nous" de Sacha Guitry (auditorium).

Sur réservation au 02 35 52 92 04 ou sur Réservez

 

titre
DIMANCHE 14 OCTOBRE

 

  • MUSEE DES BEAUX-ARTS DE CAEN

13h45 : Atelier à 4 mains pour les 7-12 ans/ Peindre la touche.

Réservation : mba-reservation@caen.fr


15 h : Musée des tout-petits (3-5 ans) / Promenade dans les paysages impressionnistes.

Réservation : mba-reservation@caen.fr


16 h : Musée des tout-petits (3-5 ans) /Promenade dans les paysages impressionnistes.

Réservation : mba-reservation@caen.fr


16 h 15 : Atelier à 4 mains pour les 4-6 ans / Peindre la touche.

Réservation : mba-reservation@caen.fr

 

  • MUSEE DES IMPRESSIONNISMES GIVERNY

16 h – 18 h 30 : Cinéma avec la projection du film Le Bonheur d’Agnès Varda présenté par Agnès Varda et Philippe Piguet (auditorium). Conversation entre Erik Orsenna et Agnès Varda sur le thème du bonheur, animée par Philippe Piguet. En direct une chronique dessinée par Christelle Téa !

Sur réservation au 02 35 52 92 04 ou sur Réservez

 

  • MUMA LE HAVRE

11 h 30 - 12 h : Cinéma avec la projection d'extraits du film "Ceux de chez nous" de Sacha Guitry (auditorium).

Sur réservation au 02 35 52 92 04 ou sur Réservez


14 h – 14 h 40 : Cinéma avec la projection du film "Partie de campagne" de Jean Renoir (auditorium).

Sur réservation au 02 35 52 92 04 ou sur Réservez


15 h – 15 h 45 : Lecture visite à deux voix. Médiatrice et comédien autour de textes de critiques de l’époque sur les peintres des collections.

Sur réservation au 02 35 52 92 04 ou sur Réservez


15 h 30 – 16 h 50 : Cinéma avec la projection du film Le bonheur d’Agnès Varda (auditorium).

Sur réservation au 02 35 52 92 04 ou sur Réservez


17 h – 17 h 45 : Lecture visite à deux voix. Médiatrice et comédien autour de textes de critiques de l’époque sur les peintres des collections.

Sur réservation au 02 35 52 92 04 ou sur Réservez

 

  • MUSEE DES BEAUX-ARTS DE ROUEN

11 h – 12 h : Visite-croquis. Visites commentées sous l’angle plastique, associées à une séance de pratique artistique dans les salles du musée. Les participants munis de planches à dessin et de feuilles de croquis sont initiés au dessin à vue devant le modèle.

Sur réservation au 02 35 52 92 04 ou sur Réservez

 

11 h – 15 h : Brunch dans le jardin des sculptures. Accès libre, règlement sur place.


15 h – 16 h : Visite chefs-d’œuvre. Les oeuvres majeures et trésors du musée n'auront plus de secret pour vous !

Sur réservation au 02 35 52 92 04 ou sur Réservez 


16 h 30 – 17 h 50 : Cinéma avec la projection du film "Le bonheur" d’Agnès Varda (auditorium).

Sur réservation au 02 35 52 92 04 ou sur Réservez

titre

Programmation de films, par Philippe Piguet

Les trois films retenus composent une sélection qui illustre la fortune critique de l'impressionnisme. Le film de Sacha Guitry nous invite à voir au travail quelques-unes des grandes figures de ce mouvement, celui de Jean Renoir conte une histoire dans le plus pur esprit impressionniste, enfin celui d'Agnès Varda s'en inspire tout en le modernisant.

 

« Conversation autour de la question de l’exposition »
entre Jean-Hubert Martin, historien d’art, conservateur honoraire et commissaire d’expositions, et Philippe Piguet, commissaire général de Normandie Impressionniste 2020.

Le monde ne cesse de changer – et de plus en plus vite. Au fil de ces dernières décennies, le concept d’exposition a considérablement évolué. Les critères esthétiques qui le définissent depuis le XIXe siècle sont volontiers remis en question, suscitant toutes sortes de débats, voire de polémiques. Conversation avec l’une des figures les plus averties de la scène artistique internationale. 

titre
Extraits de « Edouard Manet et Berthe Morisot : Une passion impressionniste » de Michaël Le Galli & Marie Jaffredo. Editions Glénat
titre
Le Bonheur, Varda, (c)Ciné-Tamaris 1964.
titre
Partie de campagne de Jean Renoir, affiche.
titre
Philippe Piguet & Jean-Hubert Martin
  • Increase
  • Decrease

Avis de marché

Le festival souhaite faire peau neuve pour sa prochaine édition.

Normandie Impressionniste recherche un studio graphique pour concevoir sa nouvelle identité visuelle. De ce fait, nous recherchons un prestataire en mesure de répondre aux besoins suivants :

Forfait :

- Création d'un système graphique efficace, robuste et performant pour promouvoir le Festival Normandie Impressionniste 2020 sur tous ses supports (identité visuelle print et web pour le GIP qui fonctionne en système vertueux avec l’identité visuelle de ses partenaires).

- Création, finalisation et exécution d’applications basiques : papier en-tête, carte de visite, carte de correspondance, enveloppe, signature mail, tampon, chemise etc.

- Création de gabarits finalisés pour les supports print et web :

     - Communication institutionnelle : invitations, plaquettes, affiches etc.
     - Communication événementielle : affiches, kakémonos, autocollants, signalétique etc.
     - Communication presse : communiqué de presse, dossier de presse, invitation, encarts publicitaires etc.
     - Web : bannières publicitaires, newsletter, visuels réseaux sociaux etc. 

- Réalisation d’une charte graphique.


Options :

- Création de gabarits pour un catalogue et/ou un journal du festival et/ou un programme.

- Création de gabarits pour le site Internet et suivi éventuel de la réalisation du site en équipe avec un/des développeur(s).

- Création de la version animée de l’identité visuelle et remise d’une boite à outils pour la réalisation de supports audiovisuels (film promotionnel, teasing, bande annonce etc.).

- Déclinaison des visuels pour des objets promotionnels.

- Création d’autres supports éventuels.

 

Retrouvez tous les détails du marché dans le document ci-dessous.

  • Increase
  • Decrease

Voyage en Normandie Impressionniste

Destination Giverny !

Premier épisode de notre série de l’été « Voyage en Normandie Impressionniste ». Direction le Musée des impressionnismes Giverny dans l'Eure pour découvrir le "Parterre de marguerites" de Caillebotte.

Destination Le Havre !

C’est au MuMa du Havre en Seine-Maritime que se trouve une des œuvres des premiers temps de l’impressionnisme, du célèbre Monet. La connaissez-vous ?

Destination Caen !

Parmi sa collection impressionniste le Musée des Beaux-Arts de Caen abrite une œuvre du « roi des ciels », le reconnaitrez-vous ?

Destination Deauville !

A découvrir cet été au Point de vue sur les planches de Deauville et en 2020 dans le futur musée Les Franciscaines, un fauve normand…!

Destination Honfleur !

Pour revivre un déjeuner digne des impressionnistes, rendez-vous au Musée Eugène Boudin et pour le déguster à la Ferme Saint-Siméon.

Destination Saint-Lô !

Laissez-vous charmer par les célèbres côtes normandes avec le tableau "Deux femmes sur la plage" exposé au Musée des Beaux-Arts de la Ville de Saint-Lô. Savez-vous quelle est sa particularité ?

Destination Fécamp !

Au Musée des Pêcheries de Fécamp en Seine-Maritime, récemment rouvert, découvrez un paysage presque surnaturel… Connaissez-vous son auteur, ami de Paul Gauguin ?

Destination Vernon !

La célèbre maison de Claude Monet a été immortalisée par sa belle-fille Blanche Hoschedé. Une œuvre aujourd’hui exposée au Musée de Vernon.

Destination Alençon !

Boudin a parcouru la Normandie, des plages jusqu’aux campagnes. Des vues pittoresques à découvrir au Musée des Beaux-Arts et de la Dentelle d'Alençon.

Destination Rouen !

Notre voyage se termine en Seine-Maritime avec la Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie au Musée des Beaux-Arts et l’incroyable défi de Monet…

  • Increase
  • Decrease

Bilan des précédentes éditions

Né sous l’impulsion de Laurent Fabius, alors Président de la Communauté Rouen Elbeuf Austreberthe, et de nombreuses collectivités normandes (Régions Haute et Basse-Normandie, Départements de la Seine-Maritime et de l’Eure, Ville de Rouen, Caen et du Havre) ainsi qu’avec le soutien de grandes entreprises, cet événement pluridisciplinaire est porté dès sa création par des personnalités engagées du monde de la culture, tels que Pierre Bergé, Jérôme Clément, Erik Orsenna, Jacques Sylvain Klein.
Qu'est-ce-que Normandie Impressionniste ?

Succès populaire, le festival Normandie Impressionniste propose de découvrir le patrimoine exceptionnel et toute la créativité de la Normandie, terre natale du mouvement impressionniste. Pour chacune de ses trois éditions il a réuni plus d’un million de visiteurs, issus d’un public large, divers et familial autour d’une programmation ouverte à tous et à toutes les formes d’expression artistique. De nombreuses réjouissances, directement liées à l’Impressionnisme et à son époque ou perpétuant son esprit d’avant-garde, ont ravi les habitants, estivants, curieux et amateurs d’art venus de tous les horizons.  Le festival se caractérise en effet par sa pluralité : peinture, art contemporain, musique, cinéma, théâtre, photographie, vidéo, littérature, conférences, sons et lumières, déjeuners sur l’herbe, guinguettes etc. chaque visiteur a pu trouver son bonheur.

2010, une première édition très prometteuse !

La première édition s’est tenue entre juin et septembre 2010. Ces quatre mois ont posé les jalons du festival. La dynamique de Normandie Impressionniste s’est ainsi affirmée avec l’ensemble des forces vives du territoire, créant un maillage artistique, associatif, éducatif et institutionnel très riche. Sous le commissariat général de Jacques Sylvain Klein, cette édition a notamment été marquée par l’exceptionnelle fréquentation de 200 000 visiteurs pour l’exposition phare « Une ville pour l’Impressionnisme » au Musée des Beaux-Arts de Rouen ainsi que l’ouverture festive de « Monet vu du ciel ».  Globalement le public était composé d’un tiers de Normands, d’un tiers de visiteurs d’autres régions de France et d’un tiers de touristes étrangers.


Retrouvez toute l’édition 2010 avec le dossier de presse.

2013, une seconde édition ambitieuse

Avec le succès de la première édition, les attentes étaient nombreuses pour l’année 2013. Le festival a su relever ce défi avec une belle augmentation de sa fréquentation autour de projets, eux-aussi, plus nombreux. Pour ce second volet Jérôme Clément assurait le commissariat général autour du thème de « L’eau ». Cette thématique a fédéré l’ensemble des acteurs du territoire normand qui ont rivalisé de créativité pour proposer des projets culturels et festifs originaux.


En 2013, le festival a réaffirmé son statut avec un rayonnement élargi à l’ensemble du territoire normand et la fidélisation de son public. Cette seconde édition était, par ailleurs, résolument tournée vers la jeunesse avec environ 1 000 classes, de l’élémentaire au lycée, qui ont participé aux différents dispositifs.
2013 était une édition orientée vers l’expérience des festivaliers avec le développement de la géolocalisation par projet, ceci leur permettant de découvrir les manifestations proposées autour d’eux. 
Enfin, la maîtrise budgétaire avec les partenaires publics (82 % du budget) comme privés (18 % du budget), combinée aux excellentes retombées touristiques, ont permis d’asseoir de façon pérenne le festival sur le territoire.

Retrouvez toute l’édition 2013 avec le dossier de presse.

2016, une troisième édition fédératrice dans une Normandie réunifiée

Dans un contexte de réunification de la Haute et Basse-Normandie, la troisième édition a été un événement fédérateur de cette nouvelle dynamique territoriale.


En 2016, toujours sous le commissariat général de Jérôme Clément, le festival Normandie Impressionniste a choisi de rassembler sa programmation autour du thème « Portraits impressionnistes ». Ce thème humaniste a été l’occasion de mener une nouvelle action collective sur le territoire où les festivaliers ont pu découvrir un autre visage de l’impressionnisme et relire son histoire à la lumière d’aujourd’hui.

 

Cette édition hisse, en termes de fréquentation, les structures comme le Musée des Beaux-Arts de Rouen, celui de Caen, le Musée des impressionnismes de Giverny, le MuMa du Havre et le Musée Eugène Boudin d’Honfleur, au niveau des grandes expositions nationales. Ceci conjugué aux efforts de ces grands musées pour soutenir les plus petites structures ainsi que les collaborations scientifiques, notamment pour les prêts d’œuvres, a permis d’ancrer le Festival sur le territoire de manière collective, et de connaitre pour certains les fréquentations les plus importantes de leur histoire.


Le Festival a permis à l’ensemble de la Normandie de rayonner en proposant des événements de grande qualité en touchant un public de plus en plus diversifié. Public qui s’est d’ailleurs davantage déplacé sur l’ensemble du territoire, notamment grâce au développement de la carte festivalier.


Sur le plan pédagogique, le festival a maintenu ses actions avec les établissements du 1er degré à l’Université. Bien au-delà de la peinture, le travail pédagogique a couvert des champs d’action aussi vastes que l’écriture, la danse, le théâtre, la photographie, la vidéo, la musique ou le street-art. Pendant le festival, un blog pédagogique a permis de rendre compte et de partager le travail de chacun.


Jérôme Clément, Commissaire Général, a souligné le fait que cette troisième édition a créé les conditions d'un ancrage dans la durée du festival, après les réussites de 2010 et de 2013. Cette perspective a d'ailleurs été confirmée le 15 septembre 2016 lors de la soirée de clôture à l'Opéra de Rouen Normandie.


Retrouvez toute l’édition 2016 avec le dossier de presse.

Des partenaires au cœur du succès du festival

Le festival Normandie Impressionniste est soutenu par un ensemble de partenaires publics et privés. Ces partenaires ont collaboré avec succès au lancement et aux éditions qui ont suivies du premier festival pluridisciplinaire autour de l’impressionnisme. Sans leur engagement le festival n’aurait pas été le même et nous tenions une nouvelle fois à les remercier.

Partenaires institutionnels :

  • Ministère de la culture et de la communication
  • Drac Haute-Normandie
  • Drac Basse-Normandie
  • Rectorat de l’Académie de Rouen
  • Rectorat de l’Académie de Caen
  • ATOUT France
  • Comité Régional de Tourisme de Normandie
  • Les Comités départementaux du tourisme
  • Les Offices de tourisme de Normandie
  • Groupement d’Insertion des Handicapés Physiques (GIHP)
  • Réunion des musées nationaux – Grand Palais
  • Cinémathèque française


Partenaires et mécènes :

  • AG2R La Mondiale
  • Areva
  • EDF
  • Engie
  • Fondation Bettencourt Schueller
  • Gaumont Pathé
  • Groupe La Poste
  • Groupe Visit Technology
  • Hachette Tourisme
  • Haropa
  • Hôtel Bourgtheroulde
  • Hôtels & Casinos Lucien Barrière
  • Matmut
  • Orange
  • Renault
  • SANEF
  • SAPN
  • SNCF
  • Suez
  • Veolia Environnement


Partenaires médias :

  • Arte
  • Beaux-Arts magazine
  • France Bleu
  • France Inter
  • France Télévision
  • JC Decaux
  • La Tribune
  • Mediatransports
  • Normandie Junior
  • Ouest France
  • Paris Normandie
  • Télérama
  • Increase
  • Decrease

Une montée en puissance jusqu’en 2020

Dès 2018, le festival souhaite faire signe du renouvellement de la proposition, mobiliser les acteurs, et se donner les moyens d’en renforcer l’attractivité. Tout en préparant sa prochaine édition, le festival s’attache à créer, structurer et valoriser les ressources artistiques du territoire les années intermédiaires.

Voyage en Normandie Impressionniste

Avec une série de vidéos réalisées en partenariat avec Beaux-Arts Magazine, le festival propose durant l’été 2018 un voyage virtuel en Normandie pour découvrir ou redécouvrir le territoire à travers les œuvres impressionnistes des collections permanentes des musées normands. Le rendez-vous est donné sur les réseaux sociaux pour début juillet !

Week-end « avant-première » les 13 et 14 octobre 2018

A l’occasion de ce week-end, des événements à l’image de la pluridisciplinarité du Festival sont proposés dans quatre grands musées normands : le Musée des Beaux-Arts de Rouen, le Musée des Beaux-arts de Caen, le Musée Giverny et le Musée d’Art Moderne André Malraux. Visites insolites, conférences, projections et ateliers viennent ponctuer ces deux jours et donner un avant-goût de ce que sera le Festival en 2020.

Commandes artistiques

Des artistes sont invités en Normandie à y produire des œuvres inédites en lien avec le territoire. Elles seront dévoilées au public pendant le festival dans des lieux parfois insolites.

  • Increase
  • Decrease

Le festival se réinvente !

Normandie Impressionniste souffle ses dix bougies

La Normandie est une terre d’inspiration, autant l’héritage impressionniste que la vitalité de la scène artistique contemporaine en témoignent. En invitant à la découverte de la création artistique de l’impressionnisme à nos jours, le festival célèbre les artistes et incite à fréquenter les lieux d’art et de culture dans toute la région.

Les impressionnistes, en leur temps, ont adopté une démarche prospective, résolument ouverte à la nouveauté, tant dans leurs centres d’intérêts que dans leurs techniques picturales. Ils ont renouvelé les motifs, se sont saisis des techniques de leur époque et ont aussi agi collectivement avec la création d’une coopérative d’artistes. Leurs œuvres ont invité leurs contemporains à porter le regard sur de nouveaux sujets. Cette grande aventure artistique sera explorée sur les lieux mêmes de son histoire dans les expositions proposées par les musées normands. Et parce qu’aujourd’hui aussi les artistes renouvellent nos habitudes de voir et de penser le monde, le festival Normandie Impressionniste s’inscrit dans la dynamique de son époque et invite à son tour artistes, écrivains, musiciens, danseurs… à présenter leurs créations les plus récentes.

  • Increase
  • Decrease

Un événement incontournable

Présidé par Erik Orsenna, Normandie Impressionniste figure parmi les grands événements artistiques nationaux. Grâce à la qualité de sa programmation, à un volet pédagogique ambitieux et une présence numérique renforcée, le festival investit l’ensemble du territoire normand en fédérant les acteurs culturels et associatifs régionaux. Il invite à la découverte de la Normandie ; terre natale du mouvement impressionniste et se caractérise par sa pluridisciplinarité : grandes expositions, peinture, art contemporain, musique, cinéma, théâtre, photographie, vidéo, littérature, conférences, sons et lumières, déjeuners sur l’herbe, guinguettes… et son ouverture aux formes contemporaines.

Les trois éditions du festival en 2010, 2013 et 2016 ayant permis d’affirmer son positionnement et son rayonnement, les collectivités fondatrices et adhérentes du Groupement d’Intérêt Public ont souhaité réaffirmer leur engagement pour le festival et en renouveler l’ambition et le format.

Pour ses dix ans en 2020, le festival se réinvente. L’innovation et la création seront au cœur du projet. Le commissariat général de la prochaine édition est assuré par Philippe Piguet, historien, critique d’art et commissaire d’expositions indépendant.

  • Increase
  • Decrease

Bilan de la 3ème édition du Festival

1 200 000 visiteurs font le succès de la 3ème édition du Festival Normandie Impressionniste !
LES CHIFFRES

Beau succès de la 3ème édition de Normandie Impressionniste dans le contexte particulier du printemps/été 2016.
L’ensemble du territoire régional s’est mobilisé pour offrir aux publics normands, nationaux et internationaux une programmation d’une qualité et d’une diversité exceptionnelles.

Les résultats sont au rendez-vous, notamment pour certaines expositions, véritables locomotives  pour le festival :

Le musée des Beaux-Arts de Rouen (103.000 visiteurs), de Caen (41.486 visiteurs), le Musée des impressionnismes de Giverny (127.513 visiteurs pour Caillebotte), le MuMa au Havre (70.000 visiteurs), et le Musée Eugène Boudin d’Honfleur (25.900 visiteurs) – atteignent une fréquentation exceptionnelle qui les hisse au niveau des grandes expositions nationales.
Les efforts conjugués de ces grands musées pour soutenir les plus petites structures ainsi que les collaborations scientifiques, notamment pour les prêts d’œuvres, ont permis d’ancrer le Festival sur le territoire de manière collective, et de connaitre pour certains les fréquentations les plus importantes de leur histoire.

Le public s’est davantage déplacé sur l’ensemble du territoire normand et a été curieux de découvrir l’intégralité du programme du Festival :
                                           
C’est ainsi que nous observons par exemple des fréquentations records pour :
le musée des impressionnismes de Giverny, le musée des Beaux-Arts de Bernay (3995) et Saint-Lô (4696), le musée Baron Gérard à Bayeux (24265), le Point de Vue à Deauville (8009), le Château-musée à Dieppe (16753), le musée d’art, histoire et archéologie d’Evreux (10112), le musée de Louviers (8232),
le musée de Vernon (18132, + 10000 visiteurs par rapport à 2013),
la Villa Montebello à Trouville-sur-Mer (4400, une augmentation de 44% par rapport à une année sans Festival),
le FRAC Normandie Caen (3368, a triplé ses entrées par rapport à 2013)
l’Artothèque de Caen (7841, a doublé ses entrées par rapport à 2013),
le musée Louis-Philippe à Eu (13230, a doublé ses entrées par rapport à 2013)
l’Abbatiale Saint-Ouen à Rouen (32933 pour une 1ère participation)…
et un engouement notable pour le street Art avec Rouen impressionnée ou la musique et le numérique avec la Sonate de Vinteuil porté par l’Opéra de Rouen Normandie pour lesquels le public ne peut être quantifié.


Succès également pour l’ensemble des propositions plus contemporaines, des spectacles vivants et des événements festifs (guinguettes et déjeuners sur l’herbe), avec un public constitué davantage de Normands et de franciliens que de touristes étrangers.

A noter également de nombreuses premières participations au Festival, qui ont indéniablement rencontré leur public : le Pôle Image à l’Abbatiale Saint-Ouen, le musée des beaux-arts et de la dentelle à Alençon, le Musée de l’Horlogerie à Saint-Nicolas-d’Aliermont, le Musée Baron Gérard à Bayeux, la Manufacture Bohin…

Cette édition 2016, qui comptait 450 événements et non 800 comme en 2013*,  affiche donc des chiffres de fréquentation proportionnellement aussi bons qu’en 2013, ce qui est tout à fait exceptionnel !
Le Festival a permis à l’ensemble de la Normandie de rayonner en proposant des événements de grande qualité, non élitistes et en touchant un public de plus en plus diversifié.

*La précédente édition, en 2013, avait rassemblé 1,8 million de visiteurs autour de 800 événements sur la thématique de l’eau.

LA THEMATIQUE

Développée sous différents angles, différentes lumières, suivie à la lettre ou décalée sous forme de monographies passionnantes, ancrée ou pas sur la Normandie, attachée aux contenus scientifiques ou festive et participative, fidèlement impressionniste comme témoin de notre société ou souvent mise en perspective avec l’actualité, cette thématique, comme un fil d’or, a été traitée de manière très diverse, avec audace, passion et souvent émotion.

LA CARTE DE FESTIVALIER : UN SUCCES

La carte de festivalier – nouveauté de cette édition, visant à développer la mobilité sur l’intégralité du territoire et les renvois de public entre les projets -  s’est vendue à plus de 6000 exemplaires dans les structures culturelles, hôtelières et touristiques des 5 départements. C’est le statut de festivalier qui s’est installé !

 

LE VOLET PEDAGOGIQUE

Le volet pédagogique aura contenu 96 projets de médiation avec une estimation de 20 000 élèves impliqués, près de 200 établissements du 1er degré à la Faculté, grâce à une étroite collaboration avec les rectorats, directions académiques et DSDEN, les structures d’éducation artistique et culturelle (La source – ENEFA – centre social ALCD – Centre hospitalier de l’Aigle) et les services médiation des musées.

Les médiateurs ont pu s’approprier cette thématique forte en utilisant tout le panel de la création artistique. Bien au-delà de la peinture, le travail pédagogique a couvert des champs d’action aussi vaste que l’écriture, la danse, le théâtre, la photographie, la vidéo, la musique ou le Street-Art.
Les liens entre l’Université, le GIP, la Fondation Flaubert et la Matmut, ont par exemple permis de rendre possible l’exposition consacrée à William Klein à l’Abbatiale
Saint Ouen.

Pendant le festival un blog pédagogique a permis de rendre compte et de partager le travail de chacun : www.tous-portraitistes.com

PROCHAINE EDITION

Jérôme Clément, commissaire général, a souligné le fait que cette troisième édition créé les conditions d'un ancrage dans la durée du festival, après les réussites de 2010 et de 2013. Cette perspective a d'ailleurs été confirmée le 15 septembre lors de la soirée de clôture à l'opéra de Rouen Normandie par Erik Orsenna, Président du festival et les membres fondateurs du GIP, parmi lesquels Catherine Morin Dessailly, Sénatrice et Présidente de la Commission de la Culture, de l'Education et de la Communication, Conseillère Régionale de Normandie ainsi que par Frédéric Sanchez Président de la Métropole de Rouen Normandie et les représentants du Département de la Seine Maritime, du Département de l’Eure et de la Ville de Rouen.

 

titre
titre
  • Increase
  • Decrease

Bilan de la 3ème édition du Festival

1 200 000 visiteurs font le succès de la 3ème édition du Festival Normandie Impressionniste !

LES CHIFFRES

Beau succès de la 3ème édition de Normandie Impressionniste dans le contexte particulier du printemps/été 2016.
L’ensemble du territoire régional s’est mobilisé pour offrir aux publics normands, nationaux et internationaux une programmation d’une qualité et d’une diversité exceptionnelles.

Les résultats sont au rendez-vous, notamment pour certaines expositions, véritables locomotives  pour le festival :

Lle musée des Beaux-Arts de Rouen (103.000 visiteurs), de Caen (41.486 visiteurs), le Musée des impressionnismes de Giverny (127.513 visiteurs pour Caillebotte), le MuMa au Havre (70.000 visiteurs), et le Musée Eugène Boudin d’Honfleur (25.900 visiteurs) – atteignent une fréquentation exceptionnelle qui les hisse au niveau des grandes expositions nationales.
Les efforts conjugués de ces grands musées pour soutenir les plus petites structures ainsi que les collaborations scientifiques, notamment pour les prêts d’œuvres, ont permis d’ancrer le Festival sur le territoire de manière collective, et de connaitre pour certains les fréquentations les plus importantes de leur histoire.

Le public s’est davantage déplacé sur l’ensemble du territoire normand et a été curieux de découvrir l’intégralité du programme du Festival :
                                           
C’est ainsi que nous observons par exemple des fréquentations records pour :
le musée des impressionnismes de Giverny, le musée des Beaux-Arts de Bernay (3995) et Saint-Lô (4696), le musée Baron Gérard à Bayeux (24265), le Point de Vue à Deauville (8009), le Château-musée à Dieppe (16753), le musée d’art, histoire et archéologie d’Evreux (10112), le musée de Louviers (8232),
le musée de Vernon (18132, + 10000 visiteurs par rapport à 2013),
la Villa Montebello à Trouville-sur-Mer (4400, une augmentation de 44% par rapport à une année sans Festival),
le FRAC Normandie Caen (3368, a triplé ses entrées par rapport à 2013)
l’Artothèque de Caen (7841, a doublé ses entrées par rapport à 2013),
le musée Louis-Philippe à Eu (13230, a doublé ses entrées par rapport à 2013)
l’Abbatiale Saint-Ouen à Rouen (32933 pour une 1ère participation)…
et un engouement notable pour le street Art avec Rouen impressionnée ou la musique et le numérique avec la Sonate de Vinteuil porté par l’Opéra de Rouen Normandie pour lesquels le public ne peut être quantifié.


Succès également pour l’ensemble des propositions plus contemporaines, des spectacles vivants et des événements festifs (guinguettes et déjeuners sur l’herbe), avec un public constitué davantage de Normands et de franciliens que de touristes étrangers.

A noter également de nombreuses premières participations au Festival, qui ont indéniablement rencontré leur public : le Pôle Image à l’Abbatiale Saint-Ouen, le musée des beaux-arts et de la dentelle à Alençon, le Musée de l’Horlogerie à Saint-Nicolas-d’Aliermont, le Musée Baron Gérard à Bayeux, la Manufacture Bohin…

Cette édition 2016, qui comptait 450 événements et non 800 comme en 2013*,  affiche donc des chiffres de fréquentation proportionnellement aussi bons qu’en 2013, ce qui est tout à fait exceptionnel !
Le Festival a permis à l’ensemble de la Normandie de rayonner en proposant des événements de grande qualité, non élitistes et en touchant un public de plus en plus diversifié.

*La précédente édition, en 2013, avait rassemblé 1,8 million de visiteurs autour de 800 événements sur la thématique de l’eau.

LA THEMATIQUE

Développée sous différents angles, différentes lumières, suivie à la lettre ou décalée sous forme de monographies passionnantes, ancrée ou pas sur la Normandie, attachée aux contenus scientifiques ou festive et participative, fidèlement impressionniste comme témoin de notre société ou souvent mise en perspective avec l’actualité, cette thématique, comme un fil d’or, a été traitée de manière très diverse, avec audace, passion et souvent émotion.

LA CARTE DE FESTIVALIER : UN SUCCES

La carte de festivalier – nouveauté de cette édition, visant à développer la mobilité sur l’intégralité du territoire et les renvois de public entre les projets -  s’est vendue à plus de 6000 exemplaires dans les structures culturelles, hôtelières et touristiques des 5 départements. C’est le statut de festivalier qui s’est installé !

 

LE VOLET PEDAGOGIQUE

Le volet pédagogique aura contenu 96 projets de médiation avec une estimation de 20 000 élèves impliqués, près de 200 établissements du 1er degré à la Faculté, grâce à une étroite collaboration avec les rectorats, directions académiques et DSDEN, les structures d’éducation artistique et culturelle (La source – ENEFA – centre social ALCD – Centre hospitalier de l’Aigle) et les services médiation des musées.

Les médiateurs ont pu s’approprier cette thématique forte en utilisant tout le panel de la création artistique. Bien au-delà de la peinture, le travail pédagogique a couvert des champs d’action aussi vaste que l’écriture, la danse, le théâtre, la photographie, la vidéo, la musique ou le Street-Art.
Les liens entre l’Université, le GIP, la Fondation Flaubert et la Matmut, ont par exemple permis de rendre possible l’exposition consacrée à William Klein à l’Abbatiale
Saint Ouen.

Pendant le festival un blog pédagogique a permis de rendre compte et de partager le travail de chacun : www.tous-portraitistes.com

PROCHAINE EDITION

Jérôme Clément, commissaire général, a souligné le fait que cette troisième édition créé les conditions d'un ancrage dans la durée du festival, après les réussites de 2010 et de 2013. Cette perspective a d'ailleurs été confirmée le 15 septembre lors de la soirée de clôture à l'opéra de Rouen Normandie par Erik Orsenna, Président du festival et les membres fondateurs du GIP, parmi lesquels Catherine Morin Dessailly, Sénatrice et Présidente de la Commission de la Culture, de l'Education et de la Communication, Conseillère Régionale de Normandie ainsi que par Frédéric Sanchez Président de la Métropole de Rouen Normandie et les représentants du Département de la Seine Maritime, du Département de l’Eure et de la Ville de Rouen.

 

  • Increase
  • Decrease

Bilan de la 3ème édition du Festival

1 200 000 visiteurs font le succès de la 3ème édition du Festival Normandie Impressionniste !

LES CHIFFRES

Beau succès de la 3ème édition de Normandie Impressionniste dans le contexte particulier du printemps/été 2016.
L’ensemble du territoire régional s’est mobilisé pour offrir aux publics normands, nationaux et internationaux une programmation d’une qualité et d’une diversité exceptionnelles.

Les résultats sont au rendez-vous, notamment pour certaines expositions, véritables locomotives  pour le festival :

Lle musée des Beaux-Arts de Rouen (103.000 visiteurs), de Caen (41.486 visiteurs), le Musée des impressionnismes de Giverny (127.513 visiteurs pour Caillebotte), le MuMa au Havre (70.000 visiteurs), et le Musée Eugène Boudin d’Honfleur (25.900 visiteurs) – atteignent une fréquentation exceptionnelle qui les hisse au niveau des grandes expositions nationales.
Les efforts conjugués de ces grands musées pour soutenir les plus petites structures ainsi que les collaborations scientifiques, notamment pour les prêts d’œuvres, ont permis d’ancrer le Festival sur le territoire de manière collective, et de connaitre pour certains les fréquentations les plus importantes de leur histoire.

Le public s’est davantage déplacé sur l’ensemble du territoire normand et a été curieux de découvrir l’intégralité du programme du Festival :
                                           
C’est ainsi que nous observons par exemple des fréquentations records pour :
le musée des impressionnismes de Giverny, le musée des Beaux-Arts de Bernay (3995) et Saint-Lô (4696), le musée Baron Gérard à Bayeux (24265), le Point de Vue à Deauville (8009), le Château-musée à Dieppe (16753), le musée d’art, histoire et archéologie d’Evreux (10112), le musée de Louviers (8232),
le musée de Vernon (18132, + 10000 visiteurs par rapport à 2013),
la Villa Montebello à Trouville-sur-Mer (4400, une augmentation de 44% par rapport à une année sans Festival),
le FRAC Normandie Caen (3368, a triplé ses entrées par rapport à 2013)
l’Artothèque de Caen (7841, a doublé ses entrées par rapport à 2013),
le musée Louis-Philippe à Eu (13230, a doublé ses entrées par rapport à 2013)
l’Abbatiale Saint-Ouen à Rouen (32933 pour une 1ère participation)…
et un engouement notable pour le street Art avec Rouen impressionnée ou la musique et le numérique avec la Sonate de Vinteuil porté par l’Opéra de Rouen Normandie pour lesquels le public ne peut être quantifié.


Succès également pour l’ensemble des propositions plus contemporaines, des spectacles vivants et des événements festifs (guinguettes et déjeuners sur l’herbe), avec un public constitué davantage de Normands et de franciliens que de touristes étrangers.

A noter également de nombreuses premières participations au Festival, qui ont indéniablement rencontré leur public : le Pôle Image à l’Abbatiale Saint-Ouen, le musée des beaux-arts et de la dentelle à Alençon, le Musée de l’Horlogerie à Saint-Nicolas-d’Aliermont, le Musée Baron Gérard à Bayeux, la Manufacture Bohin…

Cette édition 2016, qui comptait 450 événements et non 800 comme en 2013*,  affiche donc des chiffres de fréquentation proportionnellement aussi bons qu’en 2013, ce qui est tout à fait exceptionnel !
Le Festival a permis à l’ensemble de la Normandie de rayonner en proposant des événements de grande qualité, non élitistes et en touchant un public de plus en plus diversifié.

*La précédente édition, en 2013, avait rassemblé 1,8 million de visiteurs autour de 800 événements sur la thématique de l’eau.

LA THEMATIQUE

Développée sous différents angles, différentes lumières, suivie à la lettre ou décalée sous forme de monographies passionnantes, ancrée ou pas sur la Normandie, attachée aux contenus scientifiques ou festive et participative, fidèlement impressionniste comme témoin de notre société ou souvent mise en perspective avec l’actualité, cette thématique, comme un fil d’or, a été traitée de manière très diverse, avec audace, passion et souvent émotion.

LA CARTE DE FESTIVALIER : UN SUCCES

La carte de festivalier – nouveauté de cette édition, visant à développer la mobilité sur l’intégralité du territoire et les renvois de public entre les projets -  s’est vendue à plus de 6000 exemplaires dans les structures culturelles, hôtelières et touristiques des 5 départements. C’est le statut de festivalier qui s’est installé !

 

LE VOLET PEDAGOGIQUE

Le volet pédagogique aura contenu 96 projets de médiation avec une estimation de 20 000 élèves impliqués, près de 200 établissements du 1er degré à la Faculté, grâce à une étroite collaboration avec les rectorats, directions académiques et DSDEN, les structures d’éducation artistique et culturelle (La source – ENEFA – centre social ALCD – Centre hospitalier de l’Aigle) et les services médiation des musées.

Les médiateurs ont pu s’approprier cette thématique forte en utilisant tout le panel de la création artistique. Bien au-delà de la peinture, le travail pédagogique a couvert des champs d’action aussi vaste que l’écriture, la danse, le théâtre, la photographie, la vidéo, la musique ou le Street-Art.
Les liens entre l’Université, le GIP, la Fondation Flaubert et la Matmut, ont par exemple permis de rendre possible l’exposition consacrée à William Klein à l’Abbatiale
Saint Ouen.

Pendant le festival un blog pédagogique a permis de rendre compte et de partager le travail de chacun : www.tous-portraitistes.com

PROCHAINE EDITION

Jérôme Clément, commissaire général, a souligné le fait que cette troisième édition créé les conditions d'un ancrage dans la durée du festival, après les réussites de 2010 et de 2013. Cette perspective a d'ailleurs été confirmée le 15 septembre lors de la soirée de clôture à l'opéra de Rouen Normandie par Erik Orsenna, Président du festival et les membres fondateurs du GIP, parmi lesquels Catherine Morin Dessailly, Sénatrice et Présidente de la Commission de la Culture, de l'Education et de la Communication, Conseillère Régionale de Normandie ainsi que par Frédéric Sanchez Président de la Métropole de Rouen Normandie et les représentants du Département de la Seine Maritime, du Département de l’Eure et de la Ville de Rouen.

 

Pages