titre
Anonyme, Carte postale : Costume de bains (détail)
© BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / Voller Ernst / BPK
  • Increase
  • Decrease
  • Printer-friendly

A l’eau !

Les cabines de plage faisaient partie dès cette époque du paysage des plages normandes. Construites en bois, elles sont apparues dans les années 1830 et s’inspiraient d’un modèle anglais. Elles permettaient aux dames de se déshabiller à l’abri des regards, et de revêtir leurs costumes de bain.

titre
Louis Moullin, Les bains à Deauville, aquarelle, crayon et encre sur papier (musée Villa Montebello, Trouville)

Ces cabines étaient mobiles, à la différence d’aujourd’hui. Tirées par un cheval, elles déposaient les baigneuses au pied des vagues, pour encore plus d’intimité dans la baignade. Quant aux cabines fixes, elles se développèrent plus tardivement et servaient à remiser les vêtements et le matériel de plage. Pendant l’hiver, elles étaient parfois démontées, comme à Saint-Adresse. On peut véritablement parler d’une forme d’architecture éphémère ! 

titre
Eugène Villette, Cabine de plage à Trouville (musée Villa Montebello, Trouville)

A l’époque des impressionnistes, le bain de mer était surtout recommandé pour ses vertus thérapeutiques. A partir des années 1860, on le préconisait vivement « à la lame », c’est à dire directement dans la mer. Cependant, il existait toute une variété de bains de mer (on préconisait par exemple aux personnes âgées des bains de mer chauds).

titre
Georges Marchand, Dieppe, 1902-1912, photographie (Collection fonds ancien de la médiathèque de Dieppe)

Prendre son bain de mer, c’était alors toute une histoire. Les médecins rivalisaient de conseils aux curistes, comme : 

-faire une courte promenade à pied avant de prendre le bain de mer

-se jeter la tête la première dans l’eau, d’un coup 

-déterminer précisément la durée du bain

-ne pas se baigner plus de trois fois en 24 heures

-se couvrir d’un vêtement de flanelle à la sortie de l’eau

-attendre pour prendre un repas

Les vêtements de bains couvraient largement le corps des femmes. L’époque du bikini n’était pas encore advenue ! Les baigneurs et baigneuses portaient de véritables costumes adaptés à la baignade. Ils étaient souvent en flanelle ou en drap de laine, de couleur sombre. L’ensemble était complété par un chapeau ou un bonnet, et une paire de chaussures pour protéger les pieds des petits coquillages. 

titre
Paul Rolato-Petion, Scène de bain. Hommes en maillot rayé, femme s’essuyant, avant 1904, photographie (musée Villa Montebello, Trouville)
« Quoi de plus pittoresque que le spectacle qu’offrent le matin le bain et ses alentours ! (…) : Maillot rouge collant, madras sur la tête, ruban de soie rose autour du cou, gants gris perle à fourchettes noires, bas de soie, escarpins vernis. »
La Plage normande illustrée, Saison 1887, n°23
« Les personnes délicates devront s'habituer progressivement aux bains de mer, les prendre d'abord tièdes en baignoire en mélangeant à l'eau de mer de l'eau douce ou une substance émolliente, puis en abaissant par degrés la température et en diminuant peu à peu la quantité d'eau douce : le malade pourra alors supporter le bain à la lame. »
Dr J. Le Cœur, Des Bains de Mer, guide médical et hygiénique du baigneur, Caen et Paris, 1846
titre
Anonyme, Carte postale : Costume de bains, 1911 (Allemagne, Berlin, BPK)
© BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / Voller Ernst / BPK
titre
Anonyme, Sur la plage de Trouville (musée Villa Montebello, Trouville)
titre
Georges Marchand, Dieppe, 1902-1912, photographie (Collection fonds ancien de la médiathèque de Dieppe)