titre
  • Increase
  • Decrease
  • Printer-friendly

Une drôle de technique

Au 19e siècle, les impressionnistes quittent leur atelier* pour peindre en plein air. Ils veulent avant tout reproduire l’atmosphère d’un lieu, avec les effets de la lumière. Quels sujets choisissent-ils de peindre ? Quelle est leur technique ? Mode d’emploi !
Dehors !

Que peignent les impressionnistes ? Ils représentent souvent les loisirs citadins* : les déjeuners sur l’herbe, les guinguettes*, les promenades au grand air… Ils aiment restituer l’atmosphère des moments heureux et de détente. Certains artistes, comme Monet, aiment particulièrement peindre l’eau, son mouvement avec les reflets de la lumière. Mais ils peignent aussi les jardins, la forêt, les travaux des champs, la vie quotidienne à la campagne… car la lumière joue sur la neige, les fleurs ou les blés.

titre
Claude Monet, Etretat, La Manneporte, reflets sur l’eau, 1885, huile sur toile (Caen, musée des Beaux-Arts)
Peindre vite

Pour reproduire l’impression visuelle ressentie devant la nature ou une scène de la vie courante, il faut peindre vite car le mouvement du soleil modifie la lumière, ce qui change la couleur des objets. Le peintre pose de petites touches* de couleur les unes à côté des autres. Il utilise souvent des couleurs pures, sans les mélanger. Si tu observes sa toile* de très près, tu distingues toutes ces « taches » de couleur, pas le contour des objets. Mais si tu la regardes de loin, les couleurs se « mélangent »… comme par   magie !

 

 

titre
Un équipement portable

Au 19e siècle, une invention change la vie des artistes : la peinture en tube. Auparavant, les couleurs étaient préparées à la main à partir d’huile et de poudres colorées. Et elles étaient conservées dans des vessies de porc qui éclataient souvent. Pour peindre en plein air, les tubes sont bien plus pratiques ! Une autre invention vient faciliter le travail des peintres : des petits chevalets* portables, plus légers et moins encombrants que ceux des ateliers*. Monet va encore plus loin : pour peindre la Seine et l’atmosphère animée des régates*, il se fait construire un bateau-atelier

 

> Retour au menu

Dico

Atelier : pièce où travaille un artiste.
Chevalet : support de bois, sur pieds, sur lequel le peintre pose sa toile*.
Citadin : de la ville.
Guinguette : café populaire où l’on danse, souvent installé au bord de l’eau.
Régate : course de voiliers.
Toile : tableau réalisé par un peintre.
Touche : coup de pinceau très léger.

En peinture, crée tes couleurs !

En peinture, on distingue les couleurs primaires, secondaires et tertiaires. Les couleurs primaires sont le rouge, le bleu et le jaune.

En les additionnant selon diverses proportions, on fabrique… toutes les autres !

En mélangeant deux couleurs primaires, tu obtiens une couleur secondaire (par exemple, le jaune et le bleu donnent du vert). Si tu mélanges trois couleurs primaires, tu crées une couleur tertiaire (par exemple, le bleu, le jaune et le rouge donnent du gris). Amuse-toi à inventer des mélanges !

Qu’appelle-t-on la composition d’une toile* ?
C’est la manière d’organiser le tableau : les grandes lignes en définissent la structure, la mise en place des formes et des couleurs.

titre
Illustrations : Thérèse Bonté