By continuing to navigate you declare to accept and consent to the use of cookies. To learn more Close
Website under construction

Monet et la Gare Saint-Lazare - #CultureChezNous

04.29

Focus sur la série de tableaux de Claude Monet consacrée à la gare Saint-Lazare par Philippe Piguet, commissaire général de Normandie Impressionniste 2020.


Lorsque nous pensons à l'impressionnisme, ce sont souvent la nature et les grands paysages qui nous viennent à l'esprit. Mais les peintres de ce mouvement ont aussi été inspirés par les villes et la vie moderne.

Bien avant ses célèbres séries consacrées aux Nymphéas et aux Meules, Claude Monet, l'un des précurseurs du mouvement impressionniste, pose son chevalet dans la gare Saint-Lazare. Il réalise plusieurs versions de La Gare Saint-Lazare qu'il présente à la troisième exposition impressionniste en avril 1877. Dans ces tableaux, il peint à différents moments de la journée et adopte différents points de vue.


▶︎ Philippe Piguet, commissaire général de Normandie Impressionniste 2020, répond à nos questions pour nous aider à comprendre cette fascination pour la gare parisienne.

Pourquoi choisir ce thème? 

S’il est l’auteur du célèbre tableau Impressions soleil levant, Claude Monet l’est aussi de tout un ensemble de peintures sur le thème de la gare Saint-Lazare. Cela peut surprendre. Pourquoi donc lui le peintre du paysage, de la nature, de la fluidité s’est-il intéressé à un sujet aussi fortement construit et puissamment architecturé ? En fait, Monet est un usager familier de la gare Saint-Lazare. Né à Paris, élevé au Havre, il a habité dans les années 1870 à Argenteuil, dans la banlieue parisienne. La gare est le point commun à toutes ces géographies. Il n’a cessé de la fréquenter, d’autant plus quand il est allé s’installer à Giverny.

Quelle est la place de ces tableaux dans l'oeuvre de Claude Monet?

Le thème de la gare Saint-Lazare est très intéressant dans l’œuvre de Claude Monet. Il inaugure notamment le principe de la série. En effet, l’artiste va brosser huit tableaux : quatre de l’intérieur de la gare, quatre autres de la périphérie immédiate. En quelque sorte, le dedans et le dehors. Ce qui intéresse Claude Monet notamment c’est la collusion entre un univers architecturé très fort avec cette voûte vitrée en forme d’accent circonflexe, les monstres que sont les locomotives crachant le feu et cet univers totalement éthéré, aérien, des vapeurs et des fumures de ces machines.
L’intérêt que Claude Monet porte à la gare Saint-Lazare trouve aussi son explication dans le fait que par nature une gare est l’expression la plus accomplie de la notion d’espace et de temps. Le temps c’est celui évidemment des horaires des trains. Et l’espace c’est virtuellement ce que la gare sous-entend d’un trajet entre un point a et un point b. Ces deux éléments conjugués ont suggéré à Monet cette idée de série, par la répétition du motif qui équivaut à la répétition des arrivées et des départs des trains.


▶︎ Le saviez-vous?
Pour faire ces tableaux, Claude Monet a été reçu par le directeur des Chemins de Fers de l'Ouest. Renoir nous rapporte que durant cet entretien le peintre aurait dit: « J’ai décidé de peindre votre gare, poursuit-il comme s’il faisait au bâtiment un grand honneur. J’ai longtemps hésité entre la gare du Nord et la vôtre, ajoute-t-il malicieusement. Mais je crois que finalement la vôtre à plus de caractère. »
C'est ainsi que Monet a obtenu des très nombreux avantages: on arrêtait les trains, on évacuait les quais, on bourrait les locomotives de charbon pour leur faire cracher la fumée qui convenait au peintre.
Pendant plusieurs jours, toute la gare s'était mise au service de la création artistique!


 

  • Claude Monet, La Gare Saint-Lazare, 1877 © Musée d'Orsay

  • Claude Monet, La Gare Saint-Lazare, 1877 © Institut d'Art de Chicago