By continuing to navigate you declare to accept and consent to the use of cookies. To learn more Close
Website under construction

Eugène Jansson

1862 > 1915

Print
Fils d’un modeste employé de la poste, Eugène Jansson doit travailler dans un magasin après sa scolarité. En 1879, encouragé par ses parents, il parvient à suivre les cours d’une école d’art, avant d’être accepté à l’Académie royale des beaux-arts qu’il quitte en 1883 sans diplôme. Il trouve alors un emploi chez son maître, le peintre Edvard Perséus, peint de petites natures mortes et participe pour la première fois à une exposition dans une galerie de Stockholm en 1885. Sa rencontre avec le paysagiste Karl Nordström marque le début d’une longue amitié. Il se lie également avec d’autres artistes dont le peintre et dramaturge August Strinberg. En 1889, il peint des vues de Stockholm sous le soleil et l’année suivante s’intéresse plutôt aux lumières du crépuscule. La ville lui inspire aussi des nocturnes, souvent au pastel, le bleu devenant sa couleur de prédilection. En 1896, Jansson est élu secrétaire de l’Association des Artistes à laquelle il a adhéré dix ans plus tôt. Il peint la première vue panoramique de la baie de Riddarfjärden la nuit, motif qu’il reprendra fréquemment et qui va largement contribuer à sa réputation. Il est socialement engagé et trouve une inspiration dans les quartiers ouvriers de Stockholm, sa ville natale, qu’il ne quitte que rarement, pour un voyage à Munich et en Italie en 1901, puis à nouveau en Italie deux ans plus tard. Il mène une existence difficile même si le banquier Ernest Thiel s’intéresse à sa peinture et lui apporte son soutien. Vers 1904, il rompt avec les paysages urbains de Stockholm pour peindre le corps masculin, comme ces groupes d’hommes se baignant à l’établissement de bain de la Marine. L’Association des Artistes présente une exposition de trente et une de ses oeuvres l’année suivante. Bientôt, sa santé, qui a toujours été fragile, ne cesse de se dégrader, mais il travaille jusqu’à la fin de sa vie. Biographie par Monique Nonne